jeudi 27 octobre 2011

Lali, l'orpheline - ça y est c'est sorti !!!


http://www.trimestre.fr

Lali l’orpheline - Thierry Lenain, Olivier Balez - Trimestre, Oskar jeunesse - 12,95€ - Il est des enfants que personne n’attend: mal nés, malmenés par la vie dès leur venue au monde et aussitôt abandonnés. Lali est de ceux-là: petite fille muette, recroquevillée dans un lit d’orphelinat en Inde. Il est aussi d’autres enfants, accueillis par des bras et des regards aimants, portés par ceux-ci jusqu’à ce qu’ils prennent leur envol. C’est le cas de Marion. Lorsque Marion, devenue grande, part trois mois en Inde faire du bénévolat, elle rencontre Lali. Pourra-t-elle l’aider à quitter son univers sans paroles et à se tenir debout au milieu des autres enfants? Et lorsqu’elle repartira, qu’adviendra-t-il de Lali, à nouveau seule, à nouveau abandonnée? Sera-t-elle plus forte, ira-t-elle vraiment mieux, où se sentira-t-elle encore plus malheureuse qu’avant? Marion fait-elle le bien de Lali ou croit-elle seulement le faire?… Fidèle à l’esprit de cette collection, l’histoire de Lali n’est pas seulement pleine de poésie et intelligemment illustrée par Olivier Balez. Elle sème aussi des petites graines de grandes questions, pour que le plaisir de lire conduise à mieux comprendre le monde.
Silvia Galli, librairie Le Chat Pitre, Paris

petit film

Des livres qui sortent maintenant !!!


Dans la collection Expliquer? des éditions Le Pommier
Vivre va sortir bientot en librairie... Tres beau texte.

Des livres qui sortent maintenant !!!

fume, c'est du bon... pour le Pelerin magazine.

L'équipe mag - ça touche a sa fin !



attention plus que quelques semaines pour le grand dénouement !

MUZE - Récit de Zoé Valdès sur Haïti.


Merci pour les photos Stefan !-)

Léo Malet pour el web


Le seuil - l'occupation expliquée a ...

Le monde de l'éducation - WISE QATAR

Le monde des livres

mercredi 8 juin 2011

le Monde des livres


Un fauteuil de l'académie française (numéro 32) qui reste vacant et une histoire bien surprenante...

samedi 23 avril 2011

Affiche Cuenta cuentos- IFC


Un cycle de contes organisé par l'institut francais de Santiago.

mercredi 20 avril 2011

SAN ANTONIO


Le monde - supplement livre


Sur l'evolution de la spiritualité en Occident...

Liberté, égalité, fraternité


a paraitre prochainement avec des textes de Martin PAGE, Maud HOESTLANDT, Jo HOESTLANDT, Marie DEPLESHIN, Michel PIQUEMAL, Delphine GRENIER, Nadine BRUN-COSME, Claude CARRÉ, Thomas Scotto, Bernard FRIOT, Sophie CHÉRER, Jo HOESTLANDT ET illustrés par Marianne RATIER, Marc Daniau et moi-meme.
aux editions de l'Escabelle.

jeudi 3 mars 2011

vivir un terremoto - trailer




http://www.youtube.com/watch?v=o3fhTntOpZU&feature=youtube_gdata


Presento mis disculpas a nuestros vecinos y amigos argentinos :
Aqui viene la nueva portada con el mapa correcto de Chile/Argentina
en la zona de la Patagonia!

mardi 22 février 2011

La cordee du Mont rose



Derniere ligne droite avant publication debut mai
aux editions les arenes-XXI !



Livre qui devrait arriver en meme temps que la petite soeur d'Ines...
Le mois de mai sera rempli d'emotions!

Vivir un terremoto


Y ahora, despues de un ano, despues de la ayuda del fondo del libro
por fin sale el libro Vivir un terremoto
con artistas chilenos talentuosos !
Solo faltaba espacio-dinero para invitar unos artistas mas
(son solamente 8 relatos - 30 paginas en total)
Pero digamos que este libro es un primer paso
y ojala vendran mas en esta coleccion de relatos graficos
de la editorial Amanuta !

El 27 de febrero en la galeria PLOP! a las 18h00
El 2 de marzo en la Biblioteca Nacional para la exposicion a las 17h30
Y el 4 de marzo para el lanzamiento oficial del libro en la libreria Que Leo de Providencia a las 19h30

Nos vemos,

dimanche 23 janvier 2011

Planning dedicaces- Le Chanteur Sans Nom

PARIS - ANGOULEME - ANTIBES

vendredi 28 janvier :
Dedicace dans la librairie-galerie du XXeme a PARIS
avec Arnaud Le Gouëfflec
LE MONTE EN L'AIR vers 19h.

FESTIVAL D'ANGOULEME
Samedi 29 janvier de 15h a 17h stand Glenat
Dimanche 30 janvier de 10h a 12h30 et de 16h a 18h

ANTIBES
Samedi 5 fevrier au Comix strips Cafe a partir de 14h30

mardi 11 janvier 2011

L'EQUIPE MAGAZINE


Excellent feuilleton a suivre toute les semaines !
a partir de la semaine prochaine...

lundi 10 janvier 2011

Illustration pour Le Monde


La seconde condamnation de MikhaIl Khodorkovsky n’est plus une punition, mais une exécution. L’ancien patron de la compagnie pétrolière Ioukos, emprisonné depuis 2003, a déjà été condamné en 2005 pour évasion fiscale à huit ans de détention. Le jugement du 30 décembre 2010 lui inflige quatorze ans en tout, soit encore sept ans de camp en Sibérie, pour des délits invraisemblables qu’il n’a pas pu commettre. Cette sentence sonne le glas de l’expérience Medvedev et met fin à tout espoir d’une libéralisation prochaine du régime politique.

dimanche 9 janvier 2011

Edgar Morin

En 2010, la planète a continué sa course folle propulsée par le moteur aux trois visages mondialisation-occidentalisation-développement qu'alimentent science, technique, profit sans contrôle ni régulation.

L'unification techno-économique du globe se poursuit, sous l'égide d'un capitalisme financier effréné, mais elle continue à susciter en réaction des "refermetures" ethniques, nationales, religieuses, qui entraînent dislocations et conflits. Libertés et tolérances régressent, fanatismes et manichéismes progressent. La pauvreté se convertit non seulement en aisance de classe moyenne pour une partie des populations du globe, mais surtout en immenses misères reléguées en énormes bidonvilles.

L'occidentalisation du monde s'est accompagnée du déclin désormais visible de l'Occident. Trois énormes nations ont monté en puissance ; en 2010, la plus ancienne, la plus peuplée, la plus économiquement croissante, la plus exportatrice intimide les Etats d'Occident, d'Orient, du Sud au point de susciter leur crainte d'assister à la remise d'un prix Nobel à un dissident chinois emprisonné.

En 2010 également, pour une première fois, trois pays du Sud se sont concertés à l'encontre de toute influence occidentale : Turquie, Brésil et Iran ont créé ce sans précédent. La course à la croissance inhibée en Occident par la crise économique se poursuit en accéléré en Asie et au Brésil.

La mondialisation, loin de revigorer un humanisme planétaire, favorise au contraire le cosmopolitisme abstrait du business et les retours aux particularismes clos et aux nationalismes abstraits dans le sens où ils s'abstraient du destin collectif de l'humanité.

Le développement n'est pas seulement une formule standard d'occidentalisation qui ignore les singularités, solidarités, savoirs et arts de vivre des civilisations traditionnelles, mais son déchaînement techno-économique provoque une dégradation de la biosphère qui menace en retour l'humanité.

L'Occident en crise s'exporte comme solution, laquelle apporte, à terme, sa propre crise. Malheureusement, la crise du développement, la crise de la mondialisation, la crise de l'occidentalisation sont invisibles aux politiques. Ceux-ci ont mis la politique à la remorque des économistes, et continuent à voir dans la croissance la solution à tous les problèmes sociaux. La plupart des Etats obéissent aux injonctions du Fonds monétaire international (FMI), qui a d'abord partout prôné la rigueur au détriment des populations ; quelques-uns s'essaient aux incertitudes de la relance

Mais partout le pouvoir de décision est celui des marchés, c'est-à-dire de la spéculation, c'est-à-dire du capitalisme financier. Presque partout les banques, dont les spéculations ont contribué à la crise, sont sauvées et conservées. Le marché a pris la forme et la force aveugle du destin auquel on ne peut qu'obéir. La carence de la pensée partout enseignée, qui sépare et compartimente les savoirs sans pouvoir les réunir pour affronter les problèmes globaux et fondamentaux, se fait sentir plus qu'ailleurs en politique. D'où un aveuglement généralisé d'autant plus que l'on croit pouvoir disposer des avantages d'une "société de la connaissance".

Le test décisif de l'état de régression de la planète en 2010 est l'échec de la personne la plus consciente de la complexité planétaire, la plus consciente de tous les périls que court l'humanité : Barack Obama. Sa première et modeste initiative pour amorcer une issue au problème israélo-palestinien, la demande du gel de la colonisation en Cisjordanie, s'est vu rejeter par le gouvernement Nétanyahou. La pression aux Etats-Unis des forces conservatrices, des évangélistes et d'une partie de la communauté juiver paralyse tout moyen de pression sur Israël, ne serait-ce que la suspension de l'aide technique et économique. La dégradation de la situation en Afghanistan l'empêche de trouver une solution pacifique au conflit, alors qu'il est patent qu'il n'y a pas de solution militaire. L'Irak s'est effectivement démocratisé, mais en même temps s'est à demi décomposé et subit l'effet de forces centrifuges. Obama résiste encore aux énormes pressions conjuguées d'Israël et des chefs d'Etat arabes du Moyen-Orient pour intervenir militairement en Iran. Mais la situation est devenue désespérée pour le peuple palestinien.

Tandis qu'Etats-Unis et Russie établissent en 2010 un accord pour la réduction des armes nucléaires, le souhait de dénucléarisation généralisée, unique voie de salut planétaire, perd toute consistance dans l'arrogance nucléaire de la Corée du Nord et l'élaboration probable de l'arme nucléaire en Iran. Si tout continue l'arme nucléaire sera miniaturisée, généralisée et privatisée.

Tout favorise les montées aux extrêmes y compris en Europe. L'Europe n'est pas seulement inachevée, mais ce qui semblait irréversible, comme la monnaie unique, est menacé. L'Europe, dont on pouvait espérer une renaissance de créativité, se montre stérile, passive, poussive, incapable de la moindre initiative pour le conflit israélo-palestinien comme pour le salut de la planète. Pire : des partis xénophobes et racistes qui prônent la désintégration de l'Union européenne sont en activité. Ils demeurent minoritaires, comme le fut pendant dix ans le parti nazi en Allemagne que nul dans le pays le plus cultivé d'Europe, dans le pays à la plus forte social-démocratie et au plus fort Parti communiste, n'avait imaginé qu'il puisse accéder légalement au pouvoir.

La marche vers les désastres va s'accentuer dans la décennie qui vient. A l'aveuglement de l'homo sapiens, dont la rationalité manque de complexité, se joint l'aveuglement de l'homo demens possédé par ses fureurs et ses haines.

La mort de la pieuvre totalitaire a été suivie par le formidable déchaînement de celle du fanatisme religieux et celle du capitalisme financier. Partout, les forces de dislocation et de décomposition progressent. Toutefois, les décompositions sont nécessaires aux nouvelles compositions, et un peu partout celles-ci surgissent à la base des sociétés. Partout, les forces de résistance, de régénération, d'invention, de création se multiplient, mais dispersées, sans liaison, sans organisation, sans centres, sans tête. Par contre, ce qui est administrativement organisé, hiérarchisé, centralisé est sclérosé, aveugle, souvent répressif.

L'année 2010 a fait surgir en Internet de nouvelles possibilités de résistance et de régénération. Certes, on avait vu au cours des années précédentes que le rôle d'Internet devenait de plus en plus puissant et diversifié. On avait vu qu'il devenait une force de documentation et d'information sans égale ; on avait vu qu'il amplifiait son rôle privilégié pour toutes les communications, y compris celles effectuées pour les spéculations du capitalisme financier et les communications cryptées intermafieuses ou interterroristes.

C'est en 2010 que s'est accrue sa force de démocratisation culturelle qui permet le téléchargement gratuit des musiques, romans, poésies, ce qui a conduit des Etats, dont le nôtre, à vouloir supprimer la gratuité du téléchargement, pour protéger, non seulement les droits d'auteur, mais aussi les bénéfices commerciaux des exploitants des droits d'auteur.

C'est également en 2010 que s'est manifestée une grande force de résistance informatrice et démocratisante, comme en Chine, et durant la tragique répression qui a accompagné l'élection truquée du président en Iran. Enfin, la déferlante WikiLeaks, force libertaire ou libertarienne capable de briser les secrets d'Etat de la plus grande puissance mondiale, a déclenché une guerre planétaire d'un type nouveau, guerre entre, d'une part, la liberté informationnelle sans entraves et, d'autre part, non seulement les Etats-Unis, dont les secrets ont été violés, mais un grand nombre d'Etats qui ont pourchassé les sites informants, et enfin les banques qui ont bloqué les comptes de WikiLeaks. Dans cette guerre, WikiLeaks a trouvé des alliés multiples chez certains médias de l'écrit ou de l'écran, et chez d'innombrables internautes du monde entier.

Ce qui est remarquable est que les Etats ne se préoccupent nullement de maîtriser ou au moins contrôler "le marché", c'est-à-dire la spéculation et le capitalisme financier, mais par contre s'efforcent de juguler les forces démocratisantes et libertaires qui font la vertu d'Internet. La course a commencé entre le désespérant probable et l'improbable porteur d'espoir. Ils sont du reste inséparables : "Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve" (Friedrich Hölderlin), et l'espérance se nourrit de ce qui conduit à la désespérance.

Il y eut même, en 1940-1941, le salut à partir du désastre ; des têtes de génie sont apparues dans les désastres des nations. Churchill et de Gaulle en 1940, Staline qui, paranoïaque jusqu'aux désastres de l'Armée rouge et de l'arrivée de troupes allemandes aux portes de Moscou, devint en automne 1941 le chef lucide qui nomma Joukov pour la première contre-offensive qui libéra Moscou. C'est avec l'énergie du désespoir que les peuples de Grande-Bretagne et d'Union soviétique trouvèrent l'énergie de l'espoir. Quelles têtes pourraient surgir dans les désastres planétaires pour le salut de l'humanité ? Obama avait tout pour être une de ces têtes, mais répétons-le : les forces régressives aux Etats-Unis et dans le monde furent trop puissantes et brisèrent sa volonté en 2010.

Mais le probable n'est pas certain et souvent c'est l'inattendu qui advient. Nous pouvons appliquer à l'année 2011 le proverbe turc : "Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra."

Sociologue et philosophe

Né en 1921, est directeur de recherches émérite au CNRS, président de l'Agence européenne pour la culture (Unesco) et président de l'Association pour la pensée complexe. II a publié en 2010 "Pour et contre Marx" (Temps présent), "Ma gauche" (Bourin Editeur, 2010), "Comment vivre en temps de crise ?" (avec Patrick Viveret), aux éditions Bayard.

Article paru dans l'édition du 09.01.11

vendredi 7 janvier 2011

couverture de roman - les petites voix


une couverture pour Pocket en cours de validation

cabaret saltimbanques


une affiche pour le frangin magicien qui se lance dans la production!